Master

Comment créer sa toute première entreprise en 2019 ?

Un étudiant en master création d'entreprise

De plus en plus d’étudiants se transforment en entrepreneurs dès la fin de leur cursus. En effet, selon l’étude réalisée par Opinionway, 52% des Français âgés entre 18 et 30 ans ont déjà tenté de créer leur propre entreprise, en dépit des complications administratives et des engagements financiers conséquents que cela implique. Aujourd’hui, on vous dresse le plan d’action à suivre, si vous aussi, vous désirez créer votre propre entreprise à la fin de votre parcours académique.

#1 Une bonne formation

Au-delà des qualités humaines requises afin de devenir patron d’une startup, il vous faudra aussi des connaissances théoriques, notamment en management et en finance, qui ne peuvent être acquises qu’à travers des formations académiques en bonne et due forme. Dispensé à l’université ou dans une école de commerce spécialisée, un master création entreprise est l’exemple parfait d’un programme à même de vous doter du socle de connaissances de base pour mener à bien votre projet.

#2 L’étude de marché

Ne pas faire votre étude de marché, c’est condamner votre entreprise de facto avant même de l’avoir lancée. Vous devez connaître la nature du besoin auquel votre activité va répondre et savoir qui est votre cible pour mieux la satisfaire. Et ne vous fiez pas qu’aux données publiques de base, car cela n’est pas suffisant. Voici trois façons d’effectuer une étude de marché afin de vous préparer à bien démarrer un projet :

#1.1 Identifiez votre cible

L’identification des buyer personas que vous voulez atteindre constitue une part importante de l’étude de marché. Une fois cette étape franchie, vous devrez être en mesure de répondre aux questions suivantes afin de définir les profils d’acheteurs susceptibles d’être intéressés par vos produits et services :

  • Âge ;
  • Lieu de résidence ;
  • Sexe ;
  • Revenu ;
  • Taille de la famille/statut relationnel ;
  • Niveau académique et CSP ;
  • Intérêts ;
  • Principaux défis et objectifs, etc.

Vous aurez probablement plusieurs publics distincts, vous devrez donc peut-être faire cet exercice plusieurs fois sur vos cibles afin de créer des personnalités d’acheteurs plus fortes et plus précises.

#1.2 Gardez un œil sur vos concurrents

La veille concurrentielle est un élément important, car elle vous aide à comprendre le marché. Cela peut vous aider à évaluer des informations importantes telles que :

  • Le prix que vous pouvez demander pour votre produit ;
  • Quelles propositions de valeur vous pouvez utiliser pour vous démarquer de la concurrence et attirer des clients ;
  • Quelles sont les offres spécifiques auxquelles votre public cible pourrait répondre ;
  • Les campagnes de marketing auxquelles votre public peut être sensible.

#1.3 Compiler les données

Vous avez déjà beaucoup de données à traiter. Ce que l’on vous recommande de faire, c’est de les organiser avec soin et de les trier, tout en établissant des liens croisés.

#3 Rédiger un business plan

La rédaction de votre business plan vous oblige à tout examiner en même temps : votre proposition de valeur, vos hypothèses marketing et votre plan financier. Vous finirez ainsi par repérer des points importants comme les coûts cachés ou encore les incohérences de trésorerie. Par exemple, si votre plan marketing prévoit 500 clients d’ici la deuxième année et que votre plan de recrutement prévoit d’embaucher deux vendeurs, c’est qu’il y a un problème. Cela pourrait vous amener à envisager des partenariats, de la sous-traitance, etc.

#4 Choisir un statut juridique

En tant qu’entrepreneur, vous avez le choix entre un large panel de statuts juridiques (SARL, SAS, EURL, entreprise individuelle, SASU…), qui ont tous des avantages et des inconvénients d’un point de vue fiscal et juridique. Pour vous aider dans cette tâche, faites appel à un expert-comptable qui saura vous orienter.

#5 Célébrez la création !

Ca y’est, le jour J est finalement arrivé et votre société est fin prête à démarrer. Il ne vous reste plus qu’à l’immatriculer au centre de formation d’entreprise (CFE) dont votre activité dépend (chambre de Commerce et de l’Industrie, Chambre des Métiers, URSSAF, Greffe du tribunal). Après avoir examiné votre dossier, le CFE vous remet un récépissé de dépôt qui officialise l’ouverture de votre entreprise. Marquez le coup en célébrant ce démarrage !